Browsing by Title

Browsing by Title

Sort by: Order: Results:

  • DAKKAK, Youssef (2008)
    Les tumeurs non urothéliales de la vessie (aussi bien malignes que bénignes) forment des entités rares voire exceptionnelles, avec moins de 5% de l'ensemble des tumeurs vésicales. Nous rapportons dans un premier temps 15 ...
  • AHMED, Meimouna (2019)
    Dans le monde entier, les tumeurs urothéliales (90 à 95 %), constituent le type histologique le plus répandu de l'ensemble des tumeurs de la vessie. En revanche, les tumeurs non urothéliales (5 à 10%) aussi bien bénignes ...
  • TAHTAH, Nessrine (2015-12-31)
    Introduction : les tumeurs parapharyngées sont rares et représentent environ 0,5 à 1% des tumeurs de la tête et du cou. Elles sont caractérisées par une symptomatologie clinique variée mais silencieuse. L’imagerie joue un ...
  • EL BOUAZIZI, Yassine (2019)
    Les tumeurs phyllodes du sein sont des tumeurs fibro-épithéliales, rares, représentant 1% des tumeurs primitives du sein. Leur diagnostic est histologique. Le but de notre travail, est de déterminer les particularités ...
  • AIT AHMED, Sahar (2017)
    La tumeur pseudopapillaire et solide du pancréas est une tumeur exocrine, maligne de bas grade, rare ne représentant que 1,5 % des tumeurs pancréatiques. Décrite pour la première fois par FRANTZ. Nous rapportons une série ...
  • EL AZZOUZI, Rajaâ (2018)
    Les tumeurs rares de la vessie sont des entités histologiques qui représentent pour chacune d'elles moins de 5 % des tumeurs vésicales. Notre travail est une étude rétrospective des dossiers médicaux , étalée entre ...
  • EL AZOUZI, Rania (2020)
    La pathologie tumorale du rein chez l’enfant reste fréquente et dominée essentiellement par le néphroblastome. Les tumeurs rénales en dehors du néphroblastome, présentent un groupe très hétérogène, rendant le diagnostic ...
  • JABBOUR, Youness (2015)
    Le cancer du rein occupe le troisième rang des cancers urogénitaux après celui de la vessie et de la prostate. Il suscite un intérêt particulier du fait de sa symptomatologie polymorphe, de son évolutivité insidieuse et ...
  • HACHOUM, Soukaina (2015)
    Les tumeurs rénales de l’enfant sont parmi les tumeurs fréquentes chez l’enfant, essentiellement malignes dominées par le néphroblastome, les tumeurs rénales bénignes sont rares et peu de cas ont été rapporté dans la ...
  • MAHANE,REDA (2008)
    Les Tumeurs rétrorectales sont rares et mal connues. Du fait de la lenteur de leur progression et de leur manque de spécificité clinique, les délais diagnostiques et thérapeutiques sont longs, atteignant parfois plusieurs ...
  • EL OUADOUDI, Jalal (2011)
    Les tumeurs rétrorectales constituent une entité topographique regroupant des tumeurs de nature variée, bénignes ou malignes. La diversité de leur présentation, de leur prise en charge diagnostic et thérapeutique est ...
  • BENCHBANI, Hanae (2014-04-03)
    Les néoplasies appendiculaires sont rares représentant seulement 0,9 à 1,4% des pièces d’appendicectomies, et 0,5 % de toutes les néoplasies du tractus gastro-intestinal. Les tumeurs secondaires sont encore plus rares, ...
  • EL AZERY, Asmae (2018)
    Les cancers de l’enfant sont des pathologies rares correspondant à 1 % de l’ensemble des cancers. Ils représentent la 2ème cause de décès au delà de un an, après les accidents dans les pays développés. Les tumeurs solides ...
  • BOURCHIH, Mouna (2017)
    Introduction : Les tumeurs solides néonatales restent une entité rare, favorisée par la croissance rapide des différents organes à cette période. En littérature, la définition de ces tumeurs varient allant des cancers ...
  • BOUGGAR, Manal (2018)
    Les GIST sont les tumeurs mésenchymateuses les plus fréquentes du tube digestif, elles dérivent des cellules de Cajal ou un de leurs précurseurs. L’objectif de notre thèse est la mise au point de cette tumeur rare tout ...
  • SALAMA, walid (2018)
    Les tumeurs stromales gastro- intestinales (GISTs) sont des tumeurs mésenchymateuses dérivant des cellules de Cajal ou d’un de leur précurseur. Ces tumeurs se développent aux dépens de l’estomac et du grêle, plus rarement ...
  • ROKHSI, Soukaina (2018)
    Introduction : Les tumeurs stromalesgrêliques représentent 20 à 30% de l’ensemble des GIST. Matériels et méthodes : Ce travail est une étude rétrospective d’une série de neuf cas de GIST grêlique, traités et suivis au ...
  • LOUIZI, Wafaa (2018)
    ntroduction :Les tumeurs stromales du duodénum représentent seulement 3% de l’ensemble des GIST. Elles sont des tumeurs mésenchymateusesdérivant des cellules de Cajal ou d’un de leur précurseur. Matériels et méthodes : ...
  • AOUNI, Yassine (2015-04-13)
    Introduction : Les tumeurs stromales extra digestives constituent une entité clinique rare des tumeurs mésenchymateuses de description récente et se définissent par une origine primitive en dehors du tube digestif classiquement ...
  • NACIRI DARAI, Hajar (2014-05-27)
    Introduction : Les tumeurs stromales gastriques (TSG) sont les tumeurs mésenchymateuses malignes les plus fréquentes de l’estomac qui se développent aux dépens de la musculeuse de la paroi gastrique. Matériels et méthodes ...