Infarctus du myocarde : prise en charge et complications

Show simple item record

dc.contributor.author ABOUELFETH IDRISS, Alaa
dc.date.accessioned 2014-11-27T13:26:51Z
dc.date.available 2014-11-27T13:26:51Z
dc.date.issued 2008
dc.identifier.uri http://hdl.handle.net/123456789/14578
dc.description.abstract Ce travail bibliographique a pour objectif de mettre l’accent sur les modes de prise en charge et les complications de l’infarctus du myocarde. L'infarctus du myocarde correspond à une nécrose ischémique du muscle cardiaque, secondaire à une athérothrombose coronaire aigue. Son diagnostic repose essentiellement sur l'association d'une douleur angineuse prolongée et de modifications électrocardiographiques et biologiques (enzymes cardiaques). La prise en charge de l'infarctus du myocarde consiste à la mise en route d'un traitement de reperfusion coronaire en urgence, soit par thrombolyse (surtout en préhospitalier), soit par angioplastie (avec ou sans stent), tout en respectant les contre-indications de chaque technique. Le traitement médicamenteux adjuvant institué dès la phase aigue regroupe: les antiagrégants plaquettaires (aspirine, clopidogrel et inhibiteurs de la glycoprotéine IIb/IIIa), l’héparine, les dérivés nitrés, les bêtabloquants (ou les inhibiteurs calciques en cas de contre- indication), et les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (ou les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II en cas d’intolérance). L’addition des statines, parfois des antivitamine K, et surtout la correction et le contrôle des facteurs de risque cardiovasculaire, font partie des mesures essentielles de prévention secondaire post-infarctus. Cependant, certains patients nécessitent une réadaptation cardiaque à l’effort dans des centres spécialisés. En outre, la thérapie cellulaire utilisant la greffe de myoblastes autologues ou de cellules souches sanguines dans la zone lésée, pourrait constituer une perspective d’avenir. Au Maroc, la prise en charge de l’infarctus du myocarde est possible dans les grandes villes mais avec des difficultés : absence d’un service d’aide médicale urgente, absence et coût onéreux de certains produits (thrombolytiques, anti-GP IIb/IIIa et clopidogrel). Les complications aigues de l’infarctus du myocarde sont dominées par les complications hémodynamiques (choc cardiogénique, infarctus du ventricule droit et insuffisance cardiaque aigue) et mécaniques (rupture de la paroi libre, rupture du septum interventriculaire et insuffisance mitrale) d’une part, les troubles du rythme (ventriculaire et supraventriculaire) et de la conduction (bloc auriculoventriculaire et dysfonction sinusale) d’autre part. Si les premières sont en rapport avec l’étendue de la nécrose, les secondes ne le sont pas, elles surviennent très précocement et sont responsables de mort subite. Les complications tardives regroupent l’épanchement péricardique, l’insuffisance cardiaque chronique, la récidive tardive d’infarctus, l’angor résiduel, les anévrismes ventriculaires et le syndrome de Dressler fr_FR
dc.relation.ispartofseries P0562008;
dc.subject Infarctus du myocarde fr_FR
dc.subject Angioplastie fr_FR
dc.subject Thrombolyse fr_FR
dc.subject Syndrome coronaire aigu. fr_FR
dc.title Infarctus du myocarde : prise en charge et complications fr_FR


Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record

Search DSpace


Advanced Search

Browse

My Account