CANCER DE L’ENDOMETRE : EXPERIENCE DE L’HOPITAL MILITAIRE D’INSTRUCTION MOHAMMED V – RABAT (A PROPOS DE 47 CAS)

Show simple item record

dc.contributor.author EL AZZAOUI, Imade
dc.date.accessioned 2021-11-23T16:01:07Z
dc.date.available 2021-11-23T16:01:07Z
dc.date.issued 2021
dc.identifier.uri http://hdl.handle.net/123456789/19135
dc.description.abstract Introduction : Le cancer de l’endomètre est le 3e cancer gynécologique au Maroc. Il survient essentiellement chez la femme ménopausée. L’exposition oestrogénique est le principal facteur de risque. La chirurgie et la radiothérapie constituent la base du traitement du cancer de l’endomètre. But : Le but de ce travail est de rapporter l’expérience et les résultats de l’HMIM-V dans la prise en charge du cancer de l’endomètre. Matériel et méthode : Ont été analysées de façon rétrospective, les dossiers médicaux de 47 patientes, traitées entre Janvier 2005 et Décembre 2016 au sein de l’HMIM-V. Résultats : Dans notre étude, l'âge médian au diagnostic était de 62 ans [55-70]. Le délai médian de consultation était de 8 mois [5-12]. Le principal signe d’appel était des métrorragies postménopausiques (95,7%). L’analyse anatomopathologique de la pièce d’hystérectomie trouvait un cancer de l’endomètre de stade IA (FIGO) chez13 patientes (27,6%),24 avaient un cancer stade IB (51,2%%), 5 avaient un cancer stade II (10,6%) et 5 avaient un cancer stade III (10,6%). Le type histologique le plus fréquent était l’adénocarcinome endométrioïde, présent dans 91,4% des cas (43 patientes). Les emboles vasculaires étaient présentes dans 70,2% des cas (33 patientes). 26 patientes ont bénéficié d’un traitement adjuvant associant une radiothérapie externe suivie d’une curiethérapie du fond vaginal (55,3%). 5 patientes traitées par radiothérapie externe seule (10,6%) et 13 patientes par curiethérapie exclusive (27,6%), 2 patientes par radiothérapie + chimiothérapie séquentielle (4,2%) et 1 patiente par radiochimiothérapie concomitante (2,1%) La survie sans rechute métastatique et la survie globale étaient respectivement chacune de 83,3% et 91,5%. Conclusion : Le cancer de l’endomètre nécessite une prise en charge multidisciplinaire entre gynécologues, radiologues, anatomo-pathologistes, radiothérapeutes et oncologues médicaux pour offrir aux patientes un traitement optimal le plus efficace possible et le moins toxique. Nos résultats sont encourageants, nous amenant à continuer sur cette voie de pluridisciplinarité. fr_FR
dc.relation.ispartofseries M3982021;
dc.subject Cancer de l’endomètre ; Traitement adjuvant; Curiethérapie; Chimiothérapie ; Hysterectomie fr_FR
dc.title CANCER DE L’ENDOMETRE : EXPERIENCE DE L’HOPITAL MILITAIRE D’INSTRUCTION MOHAMMED V – RABAT (A PROPOS DE 47 CAS) fr_FR


Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record

Search DSpace


Advanced Search

Browse

My Account